Ezoteria

Information et enquête sur le paranormal
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Index

Les liens :

Les types de manifestations :

 

Meilleurs posteurs
Mart (96)
 
CYB3LE (34)
 
Mona (22)
 
Toulouze (19)
 
franky (14)
 
Dany GhostHunter (12)
 
pistache (10)
 
ghostbuster (7)
 
bassboyz (7)
 
psymaster (7)
 



Partagez | 
 

 Le poltergeist du HLM de Beauport (Québec)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CYB3LE
(¯`'•.Administratrice .•'`¯)


Nombre de messages : 34
Age : 36
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Le poltergeist du HLM de Beauport (Québec)   Dim 1 Juin 2008 - 20:21

Le cas HLM

France St-Laurent, membre du comité d'enquête de la S.Q.P.


Lieu impliqué :
HLM pour personnes âgées, 2e étage, logement de Madame Lafleur.

Type d'événement :
Comme de violents coups frappés, chutes et bris d'objets.

Personnes directement impliquées :
Madame Lafleur (grand-mère de Josée) 83 ans, Josée 12 ans.

Témoins directs des événements :
Madame Lafleur, Josée, Madame C. (présidente de l'association des locataires), Jacques Richer (intervenant social, CLSC) et les locataires du 2e étage, surtout ceux dont les logements sont situés du même côté que celui de Madame Lafleur (côté rue).

Témoins indirects :
Denis B., technicien en mécanique électrique, travaillant à l'Office d'Habitation de Montréal, curé de la paroisse, policiers.

Premier incident

Date :
Entre le 20 et le 27 juillet 1989

Durée :
S'étalant sur plusieurs jours et augmentant d'intensité de jour en jour.

Moment :
Fin de soirée, début de nuit, parfois en matinée.

Type :
Comme de violents coups frappés émanant des murs.

Conséquences physiques :
Chutes de tableaux, déplacements et chutes d'objets suite aux vibrations (selon témoignages et reconstitution des événements).

Événements concomitant :
Séjour chez Mme Lafleur de sa petite fille Josée. Mi-juillet, travaux d'excavation dans la rue adjacente.
Le 20 juillet (selon Gaston Dubé, protection civile Beauport) début des coups frappés dans une maison de 4 logements rue Monseigneur Gauthier à Beauport. A Montréal, les journaux et nouvelles télévivées en parlent abondamment pendant plusieurs jours.

Décès :
Un mois plus tôt, d'un locataire du logement situé àl'étage au-dessous et vis-à-vis l'appartement de Mme Lafleur. Suite à ce décès, la conjointe survivante (Vietnamienne) appose sur sa porte une affiche avec dessymboles. Selon le voisin Chinois, cette affiche doit éloigner les esprits (n'avons pu vérifier ces dires).

Remarque :
Josée fréquente à l'occasion, la petite fille de la Vietnamienne.

Aide demandée par Mme Lafleur :
À la présidente des locataires (Mme C.) et aux policiers (911).

Interprétation faite par les locataires :
Les voisins supposent que la bâtisse a été affectée par les travaux ou que la tuyauterie donne des coups de bélier.

Remarque :
Lorsqu'une tierce personne rejoint Josée et Mme Lafleur dans le logement, les bruits cessent. Josée retourne chez ses parents. Les bruits cessent.

Deuxième incident

Date :
Du mardi 22 au vendredi 25 août, 1989

Durée, type, et conséquences physiques :
Identiques au premier incident.

Evénement concomitent :
Séjour de Josée chez Mme Lafleur

Aide demandée par Mme Lafleur :
À la présidente des locataires (Mme C.) et à l'Office d'Habitation de Montréal (Robert M.).
Un technicien de l'office (Denis B.) inspecte la bâtisse le mercredi (23 août) en après-midi et y retourne en soirée. Il n'y a pas de tuyau passant par le mur principalement concerné et aucune fissure au bâtiment. Aucune cause physique pouvant expliquer les bruits n'est trouvée. Après son départ (23 hrs.30), les bruits auraient recommencé. Madame Lafleur décide de quitter le logement vendredi le 25 août pour aller chez sa soeur. Elle en avise le technicien. Avant de partir, Josée décroche les cadres des murs pour éviterqu'ils ne s'abîment en tombant et place les petits objets de valeur au milieu du lit laissant les autres sur les meubles. Le technicien retourne inspecter les lieux le lundi, et constate que des objets sont tombés, entre-autres, 2 boîtes de son. Lorsque Mme Lafleur revient, elle constate également la chute des objets.

Remarque :
Il semble ici que les vibrations et conséquemment la chute d'objets se soient poursuivies pendant leur absence.

Troisième incident

Date :
Pâques 1990 (Du 14 au 17 avril)

Durée, type, et conséquences physiques :
Identique aux précédents.

Evénement concomitent :
Séjour de Josée chez Mme Lafleur.

Aide demandée par Mme Lafleur :
A Mme C., au CLSC (Jacques R.).
Le dimanche de Pâques (en début de soirée) alors que les bruits avaient recommencé, Josée et Mme Lafleur descendent jouer au bingo au sous-sol. A leur retour au logement, elles trouvent dans la salle de bain des objets par terre. Lundi vers 23hrs 30, Mme Lafleur téléphone àMme C. car les coups sont de plus en plus forts. Mme C. les entend au téléphone et descend immédiatement. Dès son arrivé dans le logement, les bruits cessent. Après les avoir rassuré quelques temps, elle quitte le logement pour retourner chez elle. Après quelques pas dans le corridor, les bruits recommencent. Elle se retourne et aperçoit Josée et Mme Lafleur encore dans l'encadrement de la porte (il est difficile ici d'affirmer que Josée et/ou Mme Lafleur, dans un état second, frappent sur les murs). Les bruits s'étant encore manifestéslundi soir, mardi matin, Mme C. demande de l'aide au CLSC. Le même soir, Jacques R. (intervenant social travaillant au CLSC) rencontre Mme C. chez elle. Etait également présente, Chantal R. (médium), une connaissance de Mme C.. Pendant leurs visites les bruits recommencent chez Mme Lafleur. En se dirigeant chez elle, et alors qu'ils sont dans l'escalier de service, ils entendent les violents coups frappés. A leur arrivée dans le logement les bruits cessent. Il n'y a aucune marque suspecte ni fissure sur les murs, et aucun objet susceptible d'avoir été utilisé. Josée retourne chez elle le lendemain. Les bruits cessent.

Remarque :
Dans les semaines qui suivent, Mme Lafleur est évaluée par une psychologue. Rien d'anormal n'est décelé. Les locataires de l'immeuble commencent à voir une relationentre la présence de Josée et les bruits.

Quatrième incident

Date :
Du 22 au 25 juin 1990

Type, durée et conséquences physiques :
Identiques aux précédents.

Evènement concomitant :
Présence de Josée.

Aide demandée :
A Mme C., au CLSC, et au curé de la paroisse.
Les vibrations débutent dimanche soir. Celles-ci sont très intenses (lit de Mme Lafleur ébranlé). Elle affirme également avoir vu comme des éclairs par la porte de son garde-robe. Elles vont coucher chez Mme C.. Le lendemain, lundi soir, les bruits recommencent. Cette fois, Mme Lafleur décide de rester quand même dans son logement avec Josée. On fait venir le curé vers minuit. Comme toujours les bruits cessent lorsqu'unetierce personne est présente. Elles finissent par se coucher à 2hrs du matin.

Remarque :
Suite à ces évènements, Roger Soulières, psychologue et membre de la Société sera contacté par un psychologue du CLSC (Charles R.) et avisera le comité d'enquête. Claudette Larouche et Nicole Laurin seront chargées du cas le 6 juillet 1990.


Dernière édition par CYB3LE le Dim 1 Juin 2008 - 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CYB3LE
(¯`'•.Administratrice .•'`¯)


Nombre de messages : 34
Age : 36
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: Le poltergeist du HLM de Beauport (Québec)   Dim 1 Juin 2008 - 20:23

Première implication du Comité d'Enquête

Date :
8 juillet 1990
Avec S. R., C. Larouche et N. Laurin rencontrent Mme C. dans un premier temps. Celle-ci donne toutes les dates et détails des évènements. Une tentative de reconstitution du bruit est effectuée chez Mme C.. Nicole et Claudette frappent de toutes leurs forces sur le mur alors que les autres sont dans le corridor. Tous sont d'accord pour dire que les bruits entendus du corridorpar eux étaient beaucoup plus forts et d'une sonorité différente. Mme C. tentera de convaincre Mme Lafleur de rencontrer les représentantes du comité.

Deuxième implication du Comité

Date :
13 juillet 1990
N. Laurin étant en dehors de la ville, F. St-Laurent accompagne C. Larouche pour la rencontre avec Mme Lafleur. Celle-ci raconte sont histoire qui s'avère identique à celle rapporté par Mme C., personne tenue en haute estime par elle. Après le recueil du témoignage, nous reconstituons un événement survenu la fin de semaine de Pâques et paraissant différent d'une simple chute d'objet: une énorme lampe de chevet retrouvée couchée dans le lit, et à côté de Mme Lafleur Après simulation, il appert qu'une forte vibration incessante aurait fait glisser jusqu'au bord de la petite table de chevet la lampe, et que celle-ci, au bout de son fil, aurait basculé sur le lit. Mme Lafleur affirme n'avoir rien entendu (elle était couchée de côté, son oreille un peu sourde libre, et celle entendant bien, appuyée sur l'oreiller). Eveillée par le contact avec la lampe, elle aurait appelé Josée, couchée sur le divan du salon, pour venir voir ce que c'était. A noter que cet évènement avait été précédé dans la soirée par les violents coups frappés habituels et que toutes deux s'étaient couchées exténuées.
Nous demandons à Mme Lafleur s'il serait possible de rencontrer Josée. Celle-ci est très réticente à informer les parents de Josée de ce qui se passe chez elle par crainte qu'ils ne laissent plus Josée la visiter. Elle insiste sur le fait que le père de Josée est très sévère, que Josée est une bonne fille et qu'elle ne comprend pas pourquoi les bruits se produisent seulement lorsque Josée est là. Elle soupçonne la vietnamienne d'en bas de faire du spiritisme, Josée lui ayant dit que la petite fille de celle-ci s'en serait vanté... (Subséquemment le logement de la dame Vietnamienne a été inspecté, aucune marque suspecte ni fissure n'a été décelée).
Nous lui proposons de rencontrer Josée lors de son prochain séjour chez elle (en juillet), ainsi, les parents n'en sauront rien. Elle nous dit qu'elle y réfléchira et nous le laissera savoir. Nous lui laissons nos numeros de téléphone et lui demandons d'appeler immédiatement si d'autres incidents se produisent.

Présence de Josée sans bruit corrélé
(ou rapporté ?)


Vendredi le 27 juillet au soir (1990), Mme Lafleur contacte C. Larouche pour l'informer que Josée séjourne chez elle. Le lendemain, C. Larouche téléphone afin de fixer unrendez-vous. Impossible de la joindre de même que les jours subséquents. Le 29, Mme C. est rejointe. Celle-ci nous félicite: "Vous avez fait un bon travail (?), il ne s'est rien passé"(!). Le comité n'a donc pu rencontrer Josée. En septembre, le dossier est laissé à N. Laurin et F. ST-Laurent. Cette dernière garde un contact téléphonique avec Mme Lafleur.

Cinquième incident

Date :
Du 7 au 10 novembre 1990.

Note :
Les incidents survenus pendant cette période sont très différents des précédents et sont sujets à caution.

Type :
Selon Mme Lafleur, comme des chants de Noël, comme si on frappait dans les mains et qu'on sifflait. Selon Josée, celà ressemblait à de la musique de film d'horreur (propos rapportés par Mme C. d'après une conversation qu'elle aurait eu avec Josée)

Durée :
Surtout les soirs du vendredi 9 et samedi 10 novembre 1990

Conséquence physique :
Aucune.

Témoins :
Seulement Josée et Mme Lafleur

Evènement concomitent :
Présence de Josée pour aider sa grand-mère

Aide demandée :
Aux policiers (par le 911) le samedi soir. Deux policières y seraient retournées le lendemain. D'après Jacques Richer aucun rapport de police n'a été fait. C'est ce qu'on lui aurait affirmé alors que celui-ci, connaissant quelqu'un au poste concerné, demandait la permission de consulter le rapport.

Remarques :
Mme Lafleur ne nous a pascontacté lors de l'incident. C'est S. Richer qui nous a mis au courant après coup. Il n'est pas clair si d'autres personnes ont entendu la manifestation, Mme C. ne le croit pas. Suite à ce cinquième incident, S. R. nous invite à participer à une réunion au CLSC, le 19 novembre.
Lors de cette réunion il a été décidé :
- De ne pas passer outre (pour le moment) au désir de Mme Lafleur, à savoir: garder dans l'ignorance les parents de Josée.
- Que le numéro d'urgence du CLSC sera laissé à Mme Lafleur et que s'il y a lieu, la réceptionniste du CLSC contactera immédiatement F. St-Laurent qui se rendra sans délai sur les lieux.
- Nous croyons que la prochaine visite de Josée pourrait avoir lieu aux fêtes.Nous essayerons donc de vérifier auprès de Mme Lafleur si Josée lui rendra effectivement visite.

Suite et fin

Finalement, Josée n'est pas allée chez sa grand-mère aux fêtes, c'est l'inverse qui s'est produit. Depuis sa visite en novembre 1990 et jusqu'à Pâques 1991, Josée n'a pas séjourné chez sa grand-mère. Tout est redevenu calme dans le logement de Mme Lafleur. Le comité reste toujours en contact avec celle-ci. Nous avons appris par Mme C. que Josée a visité sa grand-mère à Pâques et que tout s'est bien passé.
Mme C. croit toujours qu'un esprit habitait le logement et se manifestait par le biais de Josée. Malgré notre délicate tentative d'expliquer à Mme Lafleur la cause probable, celle-ci croit toujours que c'est la dame Vietnamienne de l'étage au-dessous qui était la coupable(elle lui en aurait voulu parce qu'elle ne laissait pas Josée jouer avec sa petite fille).
Quand à nous, scientifiquement parlant tout ce que l'on peut affirmer, c'est que les bruyantes manifestations coïncidaient assez étroitement avec la co-habitation exclusive d'une adolescente et de sa grand-mère dans un logement bien précis.
En psilogie, des évènements semblables survenant dans de telles circonstances sont familièrement appelés : POLTERGEIST.

Note : Avec leurs consentements, les témoignages de Mme Lafleur et Mme C. ont été enregistrés. Ils sont gardés aux archives.

Mme Lafleur a été interrogée dans ce temps-là et ils avaient passés un bout du reportage a la télé, ont voit et entend clairement la manifestation du poltergeist, A voir!

http://ca.youtube.com/watch?v=vn7BpEhN2j8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mart
(¯`'•.Admin-Fondateur .•'`¯)


Nombre de messages : 96
Age : 41
Date d'inscription : 02/01/2008

MessageSujet: Re: Le poltergeist du HLM de Beauport (Québec)   Jeu 5 Juin 2008 - 21:53

Merci pour l'article! Tres bien présenté et vraiment intéressant. Troublant par contre, mais ces un excellent exemple de poltergeist!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ezoteria.lifeme.net
vero3r



Nombre de messages : 3
Age : 36
Date d'inscription : 24/10/2009

MessageSujet: Re: Le poltergeist du HLM de Beauport (Québec)   Sam 24 Oct 2009 - 18:53

Je miserais peut-être sur le fait que la petite Josée était maintenant dans sa puberté, donc, n'était plus une gamine... Je crois que ce pourrait être une très bonne explication à l'arrêt soudain des manifestations...
Vraiment une histoire qui donne la frousse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le poltergeist du HLM de Beauport (Québec)   Aujourd'hui à 14:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Le poltergeist du HLM de Beauport (Québec)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le poltergeist du HLM de Beauport au Québec (vidéo)
» Le poltergeist de Beauport : des coups dans les murs + vidéo
» Poltergeist
» POLTERGEIST . Une étrange vidéo . Qui anime les objets ??
» Magie du Chaos =Poltergeist ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ezoteria :: Lieux Hantés :: Les rumeurs-
Sauter vers: